KLIMATYCZNY PANEL OBYWATELSKI Guide pour les militants

COMMENT LANCER UN PANEL CITOYEN SUR LE CLIMAT DANS VOTRE VILLE

 

  1. En savoir plus sur les panels

Commencez par bien comprendre le fonctionnement du panel citoyen. Vous pouvez lire le guide sur les panels ou d’autres documents à ce sujet. Il ne s’agit pas de devenir un expert, mais de pouvoir expliquer librement aux autres ce qu’est un panel citoyen et pourquoi il vaut la peine de l’organiser.

  1. Partagez l’idée avec vos amis

Deux têtes valent mieux qu’une et trois, c’est encore mieux ! Ainsi, il est bon de commencer votre réflexion en compagnie de quelques personnes. Si vous faites partie d’un groupe, vous pouvez parler de l’idée du panel lors de sa réunion. Si vous n’appartenez à aucune organisation, pas de problème, parlez-en à des amis qui, à votre avis, pourraient être intéressés par le panel citoyen sur le climat. Faire un dîner convivial est une bonne idée.

  1. Une vision claire

Il est important que vous ayez une vision claire de ce qui va se produire. Que voulez-vous obtenir ? Qu’aimeriez-vous qu’il se passe ? Plus les gens partagent cette vision, mieux ça ira, mais le plus important, c’est qu’elle se dessine clairement dans votre esprit.

  1. Préparation

Comment lance-t-on un panel citoyen sur le climat ? Selon la ville ou l’État, l’initiative en ce sens peut venir du maire ou du conseil municipal. Vérifiez donc qui est compétent pour initier des consultations sociales. Peut-être que ce droit appartient également aux résidents après avoir recueilli le nombre approprié de signatures ? C’est une question à étudier.

Une fois celle-ci éclaircie, vous pouvez demander au maire ou au président du conseil municipal d’organiser un panel en écrivant une lettre à ce sujet ou en sollicitant un rendez-vous. La deuxième option consiste d’abord à recueillir les signatures sous une pétition en vue du lancement d’un panel citoyen sur le climat afin de pouvoir démontrer l’intérêt des riverains pour le sujet. Recueillir des signatures parmi les résidents est un bon moyen de promouvoir l’idée du panel citoyen. C’est aussi une occasion de s’amuser ensemble en toute simplicité.

  1. Former une coalition

Avant de solliciter un rendez-vous à l’hôtel de ville, il est utile de rassembler autour de l’idée du panel citoyen sur le climat des organismes et groupes intéressés à la protection du climat. Il peut s’agir à la fois d’organisations écologiques et de tous ceux qui se sentent concernés par ce problème. Pour présenter cette idée, vous pouvez leur écrire, téléphoner ou organiser une réunion de travail.

Construire une coalition est avantageux pour plusieurs raisons. L’on peut supposer que le maire ou le conseil municipal accueillera plus favorablement l’idée du panel lorsqu’elle sera soumise par un groupe d’organisations plutôt que par un particulier ou par un seul organisme. Bien sûr, une seule organisation peut parfois suffire et tout ira bien. La coalition est toutefois le signe que l’idée d’organiser le panel bénéficie d’un large soutien, que de nombreuses personnes en assureront la promotion des habitants et veilleront également à la mise en œuvre des recommandations formulées à son issue.

Si vous collectez des signatures ou organisez une campagne d’information pour les résidents dans le cadre d’une coalition, il est utile d’établir clairement comment et par qui seront prises les décisions. Vous pouvez également créer une page sur les réseaux sociaux où les informations actuelles sur la campagne seront publiées.

  1. Nous allons chez le maire et les conseillers municipaux

Avant de rencontrer le maire ou le conseil municipal, réfléchissez à ce que vous aimeriez obtenir à la suite de cet entretien. Que doit-il apporter ? Au cours de la réunion, il est bon de présenter à la fois l’idée du panel et les principaux avantages qui en découlent. Vous pouvez également dire pourquoi vous vous souciez personnellement de cette affaire, pourquoi vous voudriez que votre projet réussisse. Sur ce point, il est bon de se laisser guider par votre intuition.

Vous pouvez apporter une liste des bonnes pratiques en matière d’organisation des panels et une description du déroulement réel des assises citoyennes dédiées au climat. Votre attitude amène envers le maire est importante. Deux ou trois personnes peuvent participer au rendez-vous. Idéalement, il serait bon qu’elles soient sociables, sachant s’exprimer avec clarté et inspirant la confiance.

Pour quel choix opter : proposer un panel citoyen sur le climat en tant que débat démocratique sur la protection du climat en général, ou soumettre d’emblée certaines questions spécifiques qui pourraient être abordées ? Cela dépend. Si, dans votre ville, vous identifiez des problématiques particulières, vous pouvez tout à fait suggérer de les traiter. Cependant, le choix de sujets spécifiques peut être reporté à une étape ultérieure et lors de la première réunion, vous pouvez vous concentrer sur le concept même du panel citoyen.

Même si dans votre ville la décision d’organiser un panel citoyen relève de la compétence du maire, il vaut la peine de rencontrer des conseillers municipaux de toutes les options politiques afin que cette idée bénéficie du soutien le plus large possible.

  1. Il y aura un panel !

Si le maire ou le conseil municipal accepte d’organiser un panel citoyen, c’est certainement la raison pour se réjouir. Il faut apprécier que cela a réussi.

Que va-t-il se passer ensuite ? La protection du climat est un sujet très vaste qui comporte de nombreux thèmes et le panel citoyen fonctionne particulièrement bien lorsque les résidents sont appelés à résoudre des problèmes spécifiques. Ces questions peuvent être sélectionnées lors d’un atelier réunissant des fonctionnaires, des experts externes et des représentants d’ONG. Il est également bon de consulter les propositions des thématiques avec des personnes ayant l’expérience dans l’organisation de panels.

Une fois l’objet du panel circonscrit, la mairie choisira ses coordinateurs. Ensuite commence la préparation du programme – des thèmes de discussion sont organisés pour être présentés dans le volet pédagogique et l’on sélectionne les experts qui le feront le mieux. Conformément aux bonnes pratiques que nous promouvons, les propositions des thèmes du programme et les candidatures des experts peuvent être soumises par les organisations non gouvernementales ou les groupes informels souhaitant participer au panel en tant qu’intervenants, donc également par vous-même. Toutes les organisations et tous les groupes de la coalition à l’origine du panel peuvent présenter leurs propres propositions à ce stade. L’équipe des coordinateurs décide en dernier ressort de leur sélection.

  1. Présentations lors du panel

Selon les bonnes pratiques que nous préconisons, toutes les parties ont la possibilité de présenter leur position au panel – en personne ou, s’il y en a beaucoup, par l’intermédiaire de leurs représentants. Souhaitez-vous proposer quelque chose aux panélistes ? Que pensez-vous que devrait être fait à propos des questions traitées par le panel? Cela vaut la peine de s’y préparer et de réfléchir à vos suggestions.

  1. Suivi de la mise en œuvre des recommandations

Après de nombreux jours de formation sur le sujet et de discussion à propos de diverses solutions, le panel citoyen arrive à son terme et adopte les recommandations finales. Super ! Le moment est venu pour la prochaine étape clé – la mise en œuvre des recommandations. Ceci appartient, bien sûr, à la mairie, mais les organisations non gouvernementales et les groupes informels qui ont initié le panel peuvent observer comment ces recommandations sont mises en œuvre. Le but du panel est non seulement d’élaborer des recommandations, mais également de les mettre en pratique.

Une bonne pratique à ce stade est la nomination par le maire d’une équipe de surveillance indépendante qui supervisera la mise en œuvre des recommandations. Elle peut comprendre des panélistes, des experts et des représentants d’organisations non gouvernementales. Cette équipe se réunit de temps en temps pour apprendre des fonctionnaires comment ils avancent dans leur travail. L’ensemble du processus doit être aussi transparent que possible – par exemple, la liste des recommandations acceptées peut être accompagnée d’un calendrier de leur mise en œuvre et d’informations sur le stade où elle se trouve à un moment donné. Et même si votre groupe ne fait pas partie de l’équipe de surveillance, vous pouvez suivre ce processus et intervenir si nécessaire.